Le magazine gratuit de la salle d’attente
Bimestriel - 52 pages
Format 200 x 260 mm

Diffusion : 300 000 exemplaires
dans les cabinets médicaux
et les lieux de santé








Plan du site
Mentions légales
Ce mois-ci

numéro > 47

bien_sur_sante_information_magazine
re
bien_sur_sante_information_magazine

mots clé : Système de santé, sécurité sociale, assurance maladie, trou de la sécu

Prévoir des travaux…


Etat des lieux d’un système de santé

Hier, meilleur système de santé au monde. Aujourd’hui, mécanique grippée… Doit-on jeter aux orties ce qui a été – est peut-être toujours – une référence mondiale dans le domaine de la protection sociale ?

L’histoire du verre à moitié plein et celle du verre à moitié vide, tout le monde connaît. Depuis des lustres, elle sert à faire la part des optimistes et des pessimistes. Mais, entre le camp de ceux qui se contentent toujours de peu et celui de ceux qui s’inquiètent parfois d’un rien… On n’a pas vraiment envie de trancher !

C’est vrai, les défenseurs du système de santé « à la Française » se rangent plutôt du côté de l’optimisme et font valoir des arguments qui dépassent largement les aspects purement techniques  ou comptables. Pour eux, ce sont les valeurs de solidarité, d’égalité d’accès aux soins qui doivent continuer à primer.

Les autres, qui constatent que le contenu du verre est siphonné à la vitesse grand V, pensent que l’hémorragie financière ne peut être stoppée qu’en bouleversant profondément une organisation désormais inadaptée. Pour ces derniers, c’est précisément le déséquilibre du système qui met en jeu la justice et la qualité des soins. Bref, sur l’objectif, tout le monde est d’accord. Sur les moyens à mettre en œuvre… c’est une autre affaire !

Une longue, longue histoire…

Si notre système de santé, comme d’ailleurs l’ensemble de l’architecture de notre protection sociale -  date de l’immédiat après-guerre, il est l’héritier d’une longue histoire (le plus ancien établissement hospitalier serait l’Hôtel-Dieu de Paris, créé en l’an 650 !). L’Assurance Maladie est l’une des quatre branches de la Sécurité sociale. Sa gestion est paritaire, prise en charge donc par des organismes composés pour moitié de représentants des employeurs et des salariés (contrairement à une idée fort répandue, les agents de la Sécurité sociale ne sont pas des fonctionnaires…). L’esprit même des ordonnances de 1945 reposait d’ailleurs sur « une gestion des institutions de Sécurité sociale par les intéressés ». C’est ce principe qui prévaut toujours aujourd’hui, même si, très vite, avec l’allongement de la durée  de la vie et le développement des progrès médicaux, la « Sécu » a été confrontée à des problèmes financiers.
/>
/>