mots clé : Accidents domestiques, accidents de la vie courante, accidents d\'enfants, danger, accidents de la route

Jardin : gazon maudit

D’accord, ce n’est pas toute l’année le temps des grillades au barbecue et, sauf pour les inconditionnels  des châtaignes sur brasero, le jardin n’est pas toujours celui d’Eden. Raison de plus pour préparer la belle saison en révisant nos gammes en toute sécurité.

Le jardin est, avec tout ce qui l’entoure - garage, cellier, abris en tout genre - un terrain miné. On y travaille au printemps (et boum une piqûre de rose qui tourne mal, et vlan une tondeuse avaleuse de doigts de pied), on s’y prélasse l’été (et ping, un coup de soleil assassin et pong une attaque de frelons géants). On y court peut-être des risques, mais c’est tellement bon ! Ces risques sont-ils, d’ailleurs, inéluctables ? Certainement pas et les solutions pour les éviter sont généralement aussi simples que leurs conséquences peuvent, hélas, être dramatiques.

Barbecue ou cocktail Molotov ?

Chaque année, c’est la même litanie d’accidents infatigablement relatée par la presse locale. Ici, un cuisinier improbable a tenté d’allumer son barbecue avec de l’alcool à brûler qui l’a immédiatement transformé en torche vivante. Là, un enfant s’est agrippé au foyer en fonte et s’apprête aujourd’hui à subir sa deuxième greffe de peau. Ailleurs, c’est une balancelle mal fixée qui a joué lourdement le Grand Huit de fête foraine. Plus loin encore, c’est une tondeuse débloquée à la main qui a redémarré soudain sans crier gare.

Bref, si l’on ne prend pas quelques précaution simples pour éviter d’être brûlé vif, écrasé, déchiqueté et autres réjouissance… il faut vraiment être fou pour descendre dans le jardin.

En revanche, avec un petit, tout petit minimum d’attention, quel bonheur ! Alors, est-ce vraiment nécessaire de re-re-redire qu’il ne faut pas allumer un barbecue avec de l’alcool à brûler ou de l’essence, qu’il faut veiller à l’équilibre du dispositif, à ce que les enfants ne jouent pas à proximité mais n’aillent pas de baigner seuls sans surveillance, qu’une tondeuse à gazon est capable de sectionner un pied, une main, voire plusieurs si on insiste ? Il faut certainement le .re-re-redire puisque d’année en année, le nombre d’accidents survenus dans le jardin ne baisse pas. Alors on compte sur vous pour passer le mot en attendant le retour des beaux jours.

Piscines : on touche le fond

Vous n’avez pas d’enfants, pas d’amis, pas d’animaux domestiques ou autres. D’ailleurs, personne n’a le droit d’entrer chez vous. Désolé d’insister mais, à votre vie pas très enviable, il faut désormais ajouter une contrainte : celle d’encercler votre piscine à usage strictement égoïste d’une clôture ou de l’équiper d’un dispositif de sécurité réglementaire (couverture spéciale, abri, alarme). Pour les réfractaires solitaires militants, une petite info : en cas de contrôle, vous risquez une amende de 45 000 euros. 

Pour tous les autres, la seule, la vraie info qui compte : 2/3 des noyades accidentelles en piscine ont lieu dans des piscines privées et, pour plus de la moitié d’entre elles, concernent des enfants de moins de 6 ans.

/>
/>