mots clé : vitamines, soleil, nutrition, alimentation

Vitamine D

Des générations entières d’enfants ont eu droit à leur cure hivernale d’huile de foie de morue. Un goût innommable, mais des vertus repérées dès le XIXe siècle et aujourd’hui portées au pinacle nutritionnel. A juste titre.

La France de Zola est certes un peu loin  et, pourtant, bon nombre de familles gardent encore en mémoire les ravages de maladies aujourd’hui devenues rarissimes : la polio, la tuberculose – quasiment éradiquées grâce à la vaccination - mais aussi le rachitisme.

Confinés dans les villes, privés de soleil, mal nourris, bon nombre d’enfants du début de l’ère industrielle ont souffert d’un mal étrange affectant leurs os, les rendant fragiles, les déformant même : le rachitisme. Si celui-ci perdure dans certaines régions du globe, il a presque totalement disparu chez nous. Les carences en vitamine D qui en étaient la cause sont devenues exceptionnelles chez nos enfants. Elles le sont moins chez les adultes et notamment chez les femmes ménopausées et les personnes âgées, menacées par l’ostéoporose.

La vitamine exceptionnelle

Précieuse, la vitamine D l’est à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle est la seule vitamine que notre organisme soit capable de fabriquer : il suffit pour cela de lézarder un peu au soleil pour que notre peau la synthétise. Une vraie vitamine de fainéant !

Ensuite parce qu’il est très simple de la trouver dans son alimentation quotidienne : même sans suivre à la lettre les conseils du PNNS, on devrait donc, en principe, s’en tirer sans grands efforts.


Patatras. Plus la vitamine D fait l’objet d’attention de la part de la communauté scientifique, plus on s’aperçoit que la situation est moins rose que cela. Pas question de remettre en question ses bienfaits : au contraire, chaque jour ou presque amène son lot de résultats d’études qui l’encensent. Protection contre une multitude de cancers, prévention de la sclérose en plaques, de la polyarthrite rhumatoïde, des maladies cardio-vasculaires ou du psoriasis figurent parmi ses faits d’arme les plus remarquables. Des chercheurs Nord-américains travaillent même sur l’hypothèse d’une action favorable de la vitamine D face à la grippe A (H1N1). On ne prête qu’aux riches… 

/>
/>