mots clé : Soleil, vitamine D, mélanome, cancer de la peau, protection

Bon et mauvais pour la santé


Le soleil est un faux jeton

On l’a attendu avec impatience et maintenant, il faudrait lui casser du sucre sur le dos ?… Tant pis pour le politiquement correct : allons-y, profitons du soleil !

Mais pour en profiter vraiment, ne faisons pas n’importe quoi…

Chaque année, c’est la même rengaine : après nous avoir battu froid pendant de longs mois d’hiver et de printemps pourris, le soleil daigne enfin revenir pour réchauffer nos os et nos cœurs.  Il faut se retenir à quatre mains pour ne pas céder aux trompeuses sirènes qui nous appellent sous ses ardents rayons. Car, sans un brin de raison et quelques protections, c’est la punition garantie. Et le rouge de la honte du galopin pris en faute le dispute alors au rouge du coup de soleil douloureux. L’addition ne serait pourtant pas bien terrible si elle se limitait à quelques désagréments passagers. Malheureusement, elle s’avère souvent beaucoup plus salée pour beaucoup d’entre nous.

Sun lights pour fashion victims


Ses défenseurs vous expliqueront que le soleil est excellent pour la santé puisqu’il permet de synthétiser la vitamine D, acteur de la fixation du calcium dans le corps, qu’il intervient favorablement sur l’équilibre psychique, le sommeil, l’humeur…

Bonne nouvelle, les défenseurs du soleil ont raison. Mauvaise nouvelle, ses inconditionnels ont tort. D’abord, parce qu’une exposition intense peut entraîner chez les adultes les plus solides, une insolation (symptômes : maux de tête, sensation de malaise) ou, plus grave que ce que suggère l’expression, un coup de chaleur (symptômes : troubles et pertes de conscience). Ensuite, parce que ce banal coup de soleil que beaucoup de citadins transplantés prennent pour les prémices naturelles d’un bronzage de vacances, est en fait un serial killer de la pire espèce !


Dès le retour des beaux jours, les autorités sanitaires actionnent désormais le signal d’alarme solaire : les cancers de la peau connaissent en effet une augmentation inquiétante, en grande partie due à des habitudes de surexposition. L’incidence du mélanome double tous les dix ans et aura représenté  plus de 7 000 nouveaux cas en 2009 !

Les « fashion victims » des années quatre-vingt, cuites et recuites au moule des fils de pub, l’apprennent aujourd’hui à leurs dépends. Les mesures de protection contre le soleil et la détection précoce sont les seules actions susceptibles de faire diminuer les risques, sans gâcher le plaisir. Allez, hop, revue de détail !

Les UV à l’index


Ce n’est pas pour dénoncer, mais quand même : nos malheurs viennent des rayons dont le soleil nous bombarde et qui n’ont pas tous le même effet sur notre peau.

Dans la famille des rayons ultraviolets (UV), on trouve la branche des UVA. Très présents tout au long de l’année et à toute heure, ils pénètrent la couche cornée jusqu’au derme et ne sont arrêtés ni par le verre ni par le plastique. Leurs effets n’incitent guère à les fréquenter : vieillissement cutané (rides, taches brunâtres), allergies solaires. Pas cool les cousins !
/>
/>